60 ans après Perpignan capitale des français d’Algérie

60 ANS APRES,PERPIGNAN CAPITALE DES FRANÇAIS D’ALGERIE 

 

L’année 2022 marque le 60èmeanniversaire de l’indépendance de l’Algérie, mais également de l’exode des Français d’Algérie, plus d’1 million de personnes, qui ont dû quitter brutalement leur terre natale, et dont bon nombre ont été accueillis dans les Pyrénées-Orientales et particulièrement à Perpignan. 

La Mairie de Perpignan, en collaboration avec le Cercle algérianiste, organise de nombreux événements tout au long de cette année mémorielle. 

Une ville nouvelle pour accueillir l’exode 

Perpignan est l’une des rares villes de France où l’accueil qui leur a été réservé a été chaleureux. A ce moment-là, la Ville Nouvelle du Moulin à Vent était en construction et le maire de l’époque, Paul Alduy, a décidé de donner la priorité aux français d’Algérie privés de logements afin qu’ils puissent s’installer dans un habitat correct. Cet ensemble urbanistique s’attachait à préserver le concept d’une architecture méditerranéenne harmonieuse. 

Le Moulin à Vent est très vite devenu un quartier, presque un village, où se sont retrouvés des natifs d’Algérie, souvent des gens dont les origines étaient espagnoles, italiennes, maltaises, etc., Ils ont trouvé la une oreille attentive, un soutien de nombreux catalans comprenant le désarroi de ces familles arrachées avec brutalité à la terre de leurs ancêtres. 

Louis Aliot, maire de Perpignan : un devoir de mémoire essentiel 

« Marquée par cette page sombre de l’Histoire de la France, Perpignan terre d’accueil, aux portes du bassin méditerranéen, oeuvre pour la préservation de cette mémoire. C’est la raison pour laquelle, dans le cadre de ce 60ème anniversaire, il était essentiel pour la Mairie de Perpignan d’organiser et de prendre part de façon active aux commémorations. Lesquelles commémorations permettent cet indispensable devoir de mémoire, mais aussi de transmission aux jeunes générations, afin de leur donner à connaître ce chapitre essentiel de l’histoire de notre pays mais aussi de notre territoire et sans lequel l’avenir ne peut se construire sereinement ». 

Edouard Gebhart, conseiller municipal délégué aux anciens combattants et aux rapatriés 

« La guerre d’Algérie reste encore aujourd’hui une cicatrice vive pour beaucoup de Français, de nombreuses familles de rapatriés, sans oublier les descendants des harkis, lesquels ont été pour la plupart enfermés dans des camps et ce dans des conditions inhumaines. 60 ans après cela reste une tâche sur l’histoire de France. J’invite donc tous les Perpignanaises et les Perpignanais à venir partager avec nous ces temps de mémoire afin de mieux comprendre cette page de notre histoire ». 

Suzy Simon Nicaise, présidente du Cercle algérianiste et fondatrice du CDDFA 

« A Perpignan nous avons la chance, au Cercle algérianiste, d’oeuvrer depuis plus de 40 ans pour transmettre notre mémoire et défendre notre histoire. Nous animons également, en partenariat avec la Ville de Perpignan, le Centre de Documentation des Français d’Algérie (CDDFA), où nous faisons connaître l’histoire des 132 ans de la présence française en Algérie. 

C’est dans ce lieu qu’a été édifié le Mémorial national des Français disparus en Algérie, sur lequel sont inscrits 2 412 noms, dont 352 de personnes disparues entre le début de la guerre d’Algérie (1er novembre 1954) et la signature des Accords d’Evian (18 mars 1962) ». 

Le CDDFA, un lieu de mémoire 

Le Centre de Documentation des Français d’Algérie (CDDFA) a ouvert ses portes en 2012 dans le magnifique cadre de l’ancien couvent Sainte-Claire. Il abrite des expositions, de nombreux témoignages matériels et immatériels qui constituent aujourd’hui un fonds documentaire unique, exceptionnel, et dans son jardin, le Mémorial national des Français disparus en Algérie. 

Les objectifs du Centre sont de transmettre, explorer, enrichir et analyser le patrimoine matériel et immatériel des Français d’Algérie. A la fois centre de documentation, vitrine d’une civilisation et laboratoire de pensée autour des exils, le Centre de Documentation des Français d’Algérie a pour vocation de laisser une trace de ces générations qui, pendant 132 ans, ont été liées à l’histoire de la France et de l’Algérie. La mémoire partagée ne pouvant se faire que dans la vérité historique, ce centre est un endroit où l’on trouve tous les documents permettant de comprendre. 

1 rue Général Derroja 

Tél : 04 68 66 30 18 

Ouvert du lundi au vendredi 

De 10 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 17 h 00 

 

Suivez-nous:

Le journale d'actualité engagé a vos côtés