CP Territorialisation

 

TERRITORIALISATION DU PLAN DE RELANCE : QUELS ENJEUX POUR MENDE ET LA LOZÈRE ?

Le Plan de relance, estimé à 100Mds€ sur deux ans, se déclinera à différents échelons territoriaux. En premier lieu, les « contrats d’avenir », qui ont remplacé les anciens contrats de plans Etat-régions, concerneront notamment la région Occitanie et s’étendront sur 6 ans. L’Etat et les régions ont ainsi signé un accord de partenariat le 28 septembre 2020 où ils s’engagent à augmenter fortement les aides pour les projets et investissements structurants.

Dans l’enveloppe étatique, 8Mds€ seront directement fléchés vers les mesures de relance d’urgence sur les deux premières années. Ces contrats d’avenir permettront de financer des investissements conséquents en matière de transition écologique, de formation, de transports ou de cohésion sociale et territoriale.

L’élaboration des contrats territoriaux de relance et de transition écologique (CTRE) vise à associer les collectivités de toutes strates et l’Etat dans le cadre du Plan de relance. Les Préfectures seront chargées d’accompagner les projets de territoire des mandats municipaux 2020-2026 et de permettre une approche différenciée et simplifiée de la décentralisation.

En Lozère, le choix des PETR et l’association territoriale Terres de Vie pour porter ce nouveau contrat semble avoir les faveurs de tous.

Cette volonté de territorialiser le Plan de relance et d’associer tous les échelons de collectivités est saluée par Laurent Suau, maire de Mende et membre de l’Association des Petites Villes de France (APVF). Il est important que l’Etat et les collectivités, qui représentent 70% de l’investissement public en France, travaillent de concert afin de garantir un succès total de ce plan et de sortir par le haut de la crise du Covid-19.

Laurent Suau se veut vigilant et souligne l’intérêt d’une bonne association des petites villes et des communes hyper rurales à la territorialisation des mesures de relance. Il souligne qu’il est tout d’abord important qu’un calendrier précis et qu’un mode d’emploi sur l’accès aux dispositifs financiers et à l’ingénieriesoient élaborés et mis à disposition des petites collectivités.

Il faudra, de plus, veiller à la bonne articulation du plan de relance territorialisé avec les autres plans et dispositifs européens,nationaux, ou inter-collectivités. De même, l’équité territorialedoit être assurée, via une répartition équitable des crédits.

De surcroît, Laurent Suau appelle l’Etat à faire œuvre de simplification et d’accélérationet à ne pas oublier qu’il existe d’autres territoires que les métropoles, tels la Lozère.

 

Suivez-nous:

Le journale d'actualité engagé a vos côtés