Menu
trib trib
L'occitanie au quotidien | Journal d'information régionale de l'Occitanie

Recevez les infos de l'Occitanie au quotidien...Inscrivez-vous






Publicité

Galerie
Toulouse
cite de lespace
Pizza Martine 1
toulouse-ville000
Pizza Martine 2
Toulouse
terrassecapitole
Toulouse Diversité
Toulouse2
Toulouse Bikini

Actu, Expo, Inauguration Toulouse

Publicité

Toulouse | Abou Diarra “KOYA” Sortie le 10 Novembre 2016 (Mix et Métisse / L’Autre Distribution / CSB Productions)



Abou Diarra_Album Koya_©Crédit Victor Delfim
Abou Diarra_Album Koya_©Crédit Victor Delfim
Abou Diarra
Abou Diarra compte parmi ces artistes rares qui ne s’engagent dans un nouvel album qu’après y avoir été poussés par une nécessité intérieure profonde. A la fois attaché aux traditions mandingues recueillies dans son pays natal, le Mali, et soucieux d’évolutions inédites, il sait ne rien précipiter, attendre patiemment que le temps soit venu, puis mobiliser toute sa créativité pour transformer cet impératif en musique. Les modes et les tendances l’indiffèrent donc, tout comme les raisons accidentelles qui ont pu l’amener à la composition de tel ou tel titre. Ainsi a t-il conservé pendant plusieurs années les magnifiques parties de flûte peuhl et mandingue enregistrées pour lui par Cheikh Diallo et Simon Winsé. Si on les entend aujourd’hui dans Koya Blues et Djalaba, c’est que la nécessité de les utiliser est finalement apparue, au moment où ce nouveau projet se dessinait. « J’ai voulu changer de chemin pour voir ce que ça donnerait, explique-t-il. Pour les Européens et les Américains, les musiques d’Afrique de l’Ouest se ressemblent beaucoup, ce sont toujours les mêmes arrangements. Alors, j’ai réfléchi à ce que je voulais. Je n’ai pas décidé tout d’un coup. Chaque chose a son temps. Le temps n’était pas encore arrivé. Quand le temps est arrivé, je m’y suis mis.»

Chose moins paradoxale qu’il n’y paraît, c’est ce rapport très particulier au temps qui rend Abou si moderne. Telle qu’il la raconte, sa vie s’est déroulée hors des marqueurs de notre époque, dans une atemporalité où le pouvoir des images, de la parole et des symboles se révèle beaucoup plus déterminant que celui de la technologie. Pas d’informatique, pas de trajets ultrarapides, pas de déconnexion entre l’individu et son destin. Longtemps, Abou a marché, tout seul. A la recherche d’un instrument, il a trouvé le kamele n’goni (luth/harpe), puis un maître, le musicien aveugle Vieux Kanté qui l’a accepté chez lui pour lui enseigner longuement les traditions et leurs plus secrètes combinaisons. Avec un tel bagage, le jeune homme aurait pu se contenter d’enseigner à son tour – c’est d’ailleurs une partie de son activité artistique. Mais pour un esprit aussi libre et curieux, la tradition devait continuer de vivre, et pour cela se nourrir de nouveaux échanges.

©Abou Diarra
©Abou Diarra
La rencontre avec Nicolas Repac s’est révélée déterminante. Il est l’arrangeur de ce quatrième album, baptisé Koya, du nom de la mère d’Abou, qui chante elle-même dans le titre Koya Blues de sa belle voix profonde et légèrement voilée. Là encore, il semble qu’Abou n’a rien précipité, laissant presque dix ans passer entre le premier échange avec le guitariste français et le début de leur collaboration. Ce qui l’a séduit chez ce compagnon de route d’Arthur H, auteur d’une poignée d’albums précieux et de deux disques en compagnie de Mamani Keïta (Yelema en 2006 et Gagner l’argent français en 2011), c’est la douceur de son jeu, le fait qu’il « n’était pas agressif ». De son côté, Repac a su dynamiser la musique d’Abou sans jamais la trahir ou la dénaturer. En l’habillant de touches d’electro discrètes, il n’a pas entamé son balancement caractéristique ni réduit à des angles droits informatisés ses rondeurs typiquement africaines.

©Abou Diarra
©Abou Diarra
Ajouté à ces arrangements très subtils, l’harmonica de Vincent Bucher témoigne du désir du musicien malien d’aller à la rencontre d’une musique qu’il aime et dont il a perçu depuis longtemps les affinités naturelles avec les traditions maliennes interprétées au n’goni, à travers l’emploi des gammes pentatoniques. « C’est un album qui a une tonalité très blues, précise-t-il, une tonalité pas du tout traditionnelle. »

Là encore, cette inflexion esthétique est apparue comme une évidence et la rencontre n’a rien eu de forcé. Il faut dire que Vincent Bucher a lui-même étudié les gammes et tournures spécifiques des traditions mandingues, attitude qui inspire le plus grand respect à Abou. Immense musicien reconnu dans le monde entier, le griot Toumani Diabaté a également joué de la kora sur deux titres, Djarabi et Labanko.

Grâce à ce compagnonnage parfaitement choisi, Abou a pu donner le meilleur de lui-même. Les conditions intérieures et extérieures étaient réunies, il s’est jeté dans l’instant pour s’abandonner pleinement à son art. Sa ferveur transparaît dans chaque note de cet album tout de richesse humble et entièrement à l’image de son auteur : une sincérité absolue, une pleine acceptation de la vie considérée comme un devenir constant, et surplombant le tout, le sentiment serein d’une harmonie supérieure.






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Décembre 2018 - 17:00 Mende l Mathilde Cayot obtient le prix Brajon

Actualité | Culture & Loisirs


my-meteo.com Toulouse


L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            


Publicité



Suivez-nous